sylviabeder communicationculture
sylviabeder communicationculture

En prélude à La Littorale #7

 

Biennale internationale d’art contemporain

Anglet-Côte basque

 

Antichambres

avec

Tadashi Kawamata et Stéphane Pencréac’h

 

A PARTIR DU 7 Juillet 2018

 

 

 

Biennale de plein air, La Littorale confronte tous les deux ans des artistes à l’Océan Atlantique et à un site naturel d’exception. Richard Leydier, commissaire de cette nouvelle édition, propose ainsi un parcours constitué d’œuvres monumentales installées sur le site emblématique du littoral basque, La Chambre d’Amour, connu pour ses spots de surf, sa grotte et sa légende.

 

Avant l’ouverture de la manifestation, il a imaginé un prélude intitulé Antichambres. « Ce sont en quelque sorte les « Antichambres » des Chambres d’amour, thème de la Biennale » commente Richard Leydier.

Le choix s’est porté sur deux artistes très différents : Tadashi Kawamata et Stéphane Pencréac’h, qui sont également invités de la septième édition de La Littorale, Biennale internationale d’art contemporain Anglet‐Côte basque.

Ces expositions sont réalisées avec le concours de la Galerie Vallois (Paris), la Galerie Kamel Mennour (Paris) et la Galerie Mazel (Bruxelles), dans le cadre de la programmation de la Villa Beatrix Enea, centre d’art contemporain de la Ville d’Anglet. Elles sont présentées à partir du 7 juillet, à la Villa Beatrix Enea et à la Galerie Georges Pompidou.

 

 

VERNISSAGE // VENDREDI 6 JUILLET 2018

19 h, Galerie Georges‐Pompidou

19 h 30, Villa Beatrix Enea

STÉPHANE PENCRÉAC’H : LA SUITE

 

Les tableaux et sculptures de Stéphane Pencréac’h réunis dans cette exposition intitulée La Suite, évoquent le sentiment amoureux sous ses formes très diverses, qu’il soit d’ordre sentimental, charnel, ou encore filial.

Dans le bel espace octogonal de la Galerie Georges‐Pompidou, une femme nous observe de manière provocante, un homme porte un enfant à bout de bras, un autre corps féminin se révèle de manière fragmentée… Parcourues d’étonnants effets de troisième dimension, les œuvres jouent avec l’espace d’exposition au moyen d’une scénographie qui génère autant de perspectives et de trompe-l’œil illusionnistes. La Suite, c’est une chambre d’hôtel fictive où se trame un scénario qu’il nous appartient de reconstituer. La Suite est aussi celle d’une histoire personnelle et sentimentale qu’on peut lire en filigrane…

 

 

GALERIE GEORGES‐POMPIDOU   7 JUILLET > 15 SEPTEMBRE 2018

12, RUE ALBERT‐LE‐BARILLIER, 64600 ANGLET

Deux  questions à Stéphane Pencréac’h… Propos recueillis par Élisabeth Couturier

 

Comment avez‐vous répondu à la proposition de Richard Leydier de réaliser, parallèlement à la sculpture que vous présentez sur le parcours de la Biennale, une exposition de peinture sur le thème de l’amour à la galerie Georges‐Pompidou ?

C’est un thème que j’ai souvent traité, soit à travers une approche inspirée de la mythologie, soit de manière plus personnelle. Cette exposition est une mise en scène, la forme octogonale de la galerie m’en ayant donné l’idée. Au centre figure une sculpture de femme nue, posée sur un lit.

Seules certaines parties de son corps, en bronze, sont visibles, suggérant la lente apparition d’un être invisible. De ce point central rayonne la peinture : deux fresques recouvrent les murs et des tableaux y répondent. Ils ont pour thèmes l’amour sexuel, familial ou religieux. Pour la grande majorité, ils sont inédits.

 

Comment, selon vous, la peinture peut‐elle parler de l’amour d’une manière qui lui est propre ?

De deux manières. D’une part, un peintre dispose d’un incroyable corpus d’oeuvres ayant traité du thème de l’amour, sous toutes ses formes, tout au long de l’histoire de l’art. Il peut s’en inspirer sans être dans la répétition. D’autre part, je pense, comme Picasso, qu’un peintre a forcément un rapport charnel avec la peinture, grâce à sa fluidité et aux caresses que l’on accomplit avec le pinceau. On revient à l’idée de désir. Mais le peintre doit garder une distance salutaire pour faire advenir la forme. Celle qui lui est propre…

TADASHI KAWAMATA (I) LOVE TOWER

 

Tadashi Kawamata investit les salles de la Villa Beatrix Enea. Son exposition (I) Love Tower porte sur quelques projets de tours réalisés à ce jour, incluant la future Love Tower, qui sera érigée au-dessus de la grotte de la Chambre d’amour à l’occasion de la Biennale. L’artiste expose ainsi les dessous de ce projet et revient sur une dizaine de tours plus anciennes qui ont en quelque sorte préfiguré ce nouvel édifice, du haut duquel les couples pourront admirer le coucher de soleil sur l’Atlantique.

 

Sous la forme de maquettes, de bas‐reliefs, de plans ou de photographies, les tours de Kawamata se dressent dans l’espace et le temps. Qu’elles s’élèvent à Paris, à Tokyo, en Suisse ou en Allemagne, toutes découlent d’une science à la fois archaïque et savante des lois de la construction.

 

Elles transforment le paysage autant qu’elles apportent un point de vue neuf sur les lieux qui les accueillent, leur topographie, mais aussi leur histoire.

 

LA VILLA BEATRIX ENEA  7 JUILLET > 3 NOVEMBRE 2018

2, RUE ALBERT‐LE‐BARILLIER, 64600 ANGLET

Deux  questions à Tadashi Kawamata… Propos recueillis par Élisabeth Couturier

 

Pour La Littorale #7, vous avez imaginé une éphémère tour d’observation.

Connaissez‐vous les lieux où vous allez l’implanter ?

Je me suis rendu deux fois à Anglet. J’ai pris connaissance du paysage magnifique et de la légende des amants maudits. J’ai alors choisi de poser ma tour au sommet de la colline qui se trouve juste au‐dessus de la grotte de la Chambre d’Amour où le légendaire couple d’amants se retrouvait en cachette pour s’aimer : ma tour ressemble à une fleur qui y puiserait ses racines, sa substance vitale, son énergie, comme le montre le premier croquis que j’ai fait. Je l’ai baptisé Love Tower.

 

Vous travaillez généralement avec des matériaux de récupération. Est‐ce le cas ici ?

Oui, mais ils proviennent d’un autre projet éphémère. Outre la récupération de matériaux de rebut, le recyclage fait aussi partie de mon travail. Pour édifier ma Love Tower, je serai aidé par des artistes locaux et quelques étudiants. Parallèlement, l’exposition qui se tiendra à la Villa Beatrix Enea montrera les maquettes et les documents attachés à cette tour mais aussi à d’autres tours réalisées en France, au Japon, en Allemagne ou en Suisse. Tout commence chaque fois par un petit dessin !

A PROPOS DE LA LITTORALE#7

 

Pour cette septième édition de La Littorale, baptisée « Chambres d’Amour », Richard Leydier, a invité onze artistes de différentes nationalités. Il entend pérenniser les points forts de l’identité de la Biennale, à savoir un regard sur la diversité de la création contemporaine et la réalisation, in situ, d’œuvres inédites éphémères en écho avec le littoral.

 

Les artistes invités sont Madeleine Berkhemer (Pays-Bas) ǀ Jérémy Demester (France) ǀ Tadashi Kawamata (Japon et France) ǀ Grout/Mazéas (France) ǀ Bernhard Martin (Allemagne) ǀ Laure Mary-Couégnias (France) ǀ Jay Nelson & Rachel Kaye (États-Unis) ǀ Stéphane Pencréac’h (France) ǀ Remed (France et Espagne) ǀ  Lionel Scoccimaro (France) ǀ Anne Wenzel (Allemagne et Pays-Bas)

COMMUNICATION & PRESSE

Contacts France & international

Agence Communication Culture    www.sylviabeder.com

Sylvia Beder | sylvia@sylviabeder.com | t. 01 42 18 09 42

Béatrice Martini | sbc@sylviabeder.com | t. 01 43 20 51 07

 

Contacts Anglet & régional

Maryse Dupé | m.dupe@anglet.fr | t. 05 59 58 35 60

Nathalie Gomez | n.gomez@anglet.fr | t. 05 59 58 73 01

 

ORGANISATION

Ville d'Anglet - Direction de la Culture et du Jumelage

Villa Beatrix Enea, 2 rue Albert-le-Barillier, 64600 Anglet. Tél. : 05 59 58 35 60

Contacts

Directrice : Liane Beobide | l.beobide@anglet.fr | t. 05 59 58 35 30

Chargée de mission arts visuels : Lydia Scappini| l.scappini@anglet.fr | t. 05 59 58 35 76

Responsable action culturelle - communication : Nathalie Gomez| n.gomez@anglet.fr| 05 59 58 73 01

 

WWW.LALITTORALE.ANGLET.FR

Facebook | biennale.art.contemporain.anglet       Twitter | @VilleAnglet

Prélude à La Littorale #7 - Biennale d'Anglet 2018
[Communiqué de presse] Prélude à La Litt[...]
Document Adobe Acrobat [1.9 MB]

SYLVIA BEDER

COMMUNICATION CULTURE


17 rue Campagne Première

75014 Paris

t. 01 42 18 09 42

 

sylvia@sylviabeder.com

 

 

 

NOUS CONTACTER

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© sylviabeder communicationculture